La dysphorie de genre… Un entretien avec Thierry GALLARDA

    E-mail
    Le docteur Thierry Gallarda, psychiatre à au Centre Hospitalier Sainte-Anne à Paris, participe à une consultation Dysphorie de genre, qui reçoit et accompagne les personnes qui souhaitent entamer un processus de changement de sexe
    Description du produit

    Réalisation : Alain BOUVAREL, Michael SPRENG, Pierre H. TREMBLAY    Production : CNASM Lorquin / CECOM Montréal     Année : 2016     Durée : 22 minutes     Référence : M25  extrait vidéo

    Le docteur Thierry Gallarda, psychiatre à au Centre Hospitalier Sainte-Anne à Paris, participe à une consultation Dysphorie de genre, qui reçoit et accompagne les personnes qui souhaitent entamer un processus de changement de sexe. Après avoir précisé les termes LGBT, le docteur Gallarda souligne dans un premier temps le fait qu’on ne parle plus maintenant d’un trouble psychiatrique mais d’une simple dysphorie, ce qui montre bien l’évolution de la société. Cette dysphorie se manifeste cependant par un malaise ou une souffrance, parfois importante, parfois banalisée, parfois dénié. Elle se caractérise également par une extrême hétérogénéité : parfois sans aucune comorbidité, parfois associée à des troubles sévères. Le rôle du psychiatre dans l’équipe multidisciplinaire où il œuvre est d’essayer d’évaluer la présence et selon le cas, l’impact des comorbidités et de voir comment on peut mieux répondre à la demande de transition de sexe. Dans un deuxième temps, Thierry Gallarda aborde la grande variété des perceptions selon les cultures et l’environnement socioéconomique et insiste sur le rôle essentiel des familles qui sont aux premières loges et évidemment de l’école. Il prône en terminant la nécessité du soutien tout en favorisant un regard distancié et une réflexion qui permet d’éviter les positions extrêmes.

    © CNASM Centre National Audiovisuel en Santé Mentale