Le deuil à la suite d’un suicide... un entretien avec Monique SEGUIN

    E-mail
    Qu’est-ce qui distingue un deuil suite à un suicide d’une autre forme de deuil ? Comment peut-on aider ces personnes endeuillées ? Les risques de deuil pathologique sont-ils augmentés ? Faut-il nécessairement intervenir ?
    Description du produit

    Réalisation : Alain BOUVAREL, Richard MARTIN, Pierre H. TREMBLAY    Production :  CNASM Lorquin / CECOM Montréal    Année : 2004     Durée : 39 minutes     Référence : V464  extrait vidéo

    Monique Séguin est professeur au département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais. Elle est également chercheuse au Laboratoire d’étude sur le suicide et le deuil du Centre de recherche Fernand-Séguin et au Centre de recherche Douglas de l’Université McGill. Le deuil est un phénomène universel qui se déroule en général en trois phases :protestation, désorganisation et réorganisation.
    Différentes réactions sont associées à chacune de ces phases et le travail de séparation et de détachement qu’est le deuil entraîne parfois de nombreux bouleversements. Mais lorsqu’il s’agit d’un deuil à la suite d’un suicide, les réactions sont-elles plus importantes, le temps de résolution est –il plus long ? Qu’est-ce qui distingue un deuil suite à un suicide d’une autre forme de deuil ? Comment peut-on aider ces personnes endeuillées ? Les risques de deuil pathologique sont-ils augmentés ? Faut-il nécessairement intervenir ? Voilà quelques questions auxquelles le professeur Monique Séguin tente de répondre au cours de cet entretien.

    © CNASM Centre National Audiovisuel en Santé Mentale